2 rue du Chateau d'Eau, 27940 Courcelles-sur-Seine
Disponible de 8h à 11h30 et de 13h à 19h30
+33 6 51 31 74 98
Stella Blourdier psychopraticienne
Psychopraticienne à Courcelles-sur-Seine
 
2 rue du Chateau d'Eau, 27940 Courcelles-sur-Seine
 
Disponible de 8h à 11h30 et de 13h à 19h30
 
+33 6 51 31 74 98

Mon article 1

LES ENFANTS 

ET LES ECRANS

 

 

Les écrans sont omniprésents dans le quotidien de nos enfants. Quelle influence ont-ils dans leur développement cognitif ? Sur leur santé ? Les écrans sont-ils en passe de devenir un problème de santé publique ?

 

QUELS ENFANTS : 0 à 12 ANS

 

QUELS ECRANS : Smartphones, Internet, consoles de jeux, télévision, tablettes

 

 

«Pas d’écrans avant trois ans». Voilà déjà dix ans que le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) lançait sa première alerte sur les risques d’une exposition précoce aux écrans.

 

 

 

Quels seraient les effets des écrans sur les enfants :

En France je n'ai  pas vraiment trouvé d'études mais Boris Cyrulnik, neuro psychiâtre et chercheur de renom,  s'est vu confier par le ministre de l'Education Nationale l'élaboration d'un rapport sur les maternelles.

« Faut-il interdire les écrans? Nous le dirons à nouveau : « Pas d’écran du tout avant trois ans. Les enfants sont hypnotisés par un smartphone et ils sont addicts en quelques jours. Ils deviennent addicts au smartphone qui les hypnotise, qui altère leur développement cérébral. »

Un smartphone ou un écran n’établit pas d’interaction. Mon écran d’ordinateur ne m’a jamais souri. Or, un enfant ou un bébé a besoin de sentir l’autre. Il a besoin d’apprendre à décoder ces gestes, ces mimiques, pour se synchroniser avec l’autre.

S’il y a trop d’écran, il n’apprend pas les interactions, il a un trouble de l'empathie donc il est soumis à ses pulsions. Comme on le voit aujourd’hui chez beaucoup d’adolescents, garçons et filles, qui ne contrôlent pas leurs émotions et qui passent à l’acte ou bien contre eux-mêmes ou bien contre les autres. »

 

 

Qu'est ce qui définit une addiction ? (terme médical concernant les adultes)

- La fréquence d'utilisation, ou de consommation.

- Le besoin d'augmenter les doses pour retrouver la même expérience.

- L'effet de manque quand on est privé du produit ou de l'activité.


 

Pourquoi les écrans seraient-ils addictifs ?

Vidéo sur le circuit de la récompense

Qu'est ce qui nourrit le circuit de la récompense : les like sur fb, les flammes sur snap, les cadeaux virtuels des niveaux de jeux, les sur-stimulations visuelles et auditives etc....

 

 

Quels sont les effets décrits par les professionnels de l'enfance :

Retards de développement, langage tardif, troubles de la communication, enfant dans sa bulle, ne répond pas à son prénom, appauvrissement des dessins, des incapacités à s’intéresser à d'autres activités, et aux autres personnes, crises lorsqu'on lui demande de cesser. L'enfant ne se comporte pas comme avec les autres jouets dont il se lasse à un moment lorsqu'il est captivé par les écrans, il n'en a jamais marre.

Des difficultés pour s'endormir sont également décrites, les problèmes de sommeil sont probablement liés à la lumière bleue qui stoppe l'action de la mélatonine dans le cerveau.

Des surpoids consécutifs au manque d'activité, myopie fonctionnelle (problème d’accommodation à la vue de loin) notamment chez les 16/24 ans exposés 8h/jour, résultats scolaires en baisse, troubles de l'attention et du comportement (agressivité, obsession, impulsivité), déprime, fatigue, maux de tête, problèmes de posture....

 

 

D'après une étude de l'université de Toronto (Canada) publiée en mai 2017, plus un enfant passe de temps devant un écran, plus il a de retard dans l'apprentissage du langage. Sur près de 900 enfants âgés de 6 mois à 2 ans et suivis entre 2011 et 2015, les chercheurs ont observé un risque accru de 49  % de retard de la parole pour chaque demi-heure quotidienne d'écran. Des résultats qui confirment les craintes des professionnels de santé de la petite enfance, qui, depuis quelques années, dénoncent une altération du développement moteur et mental des jeunes enfants trop exposés.

 

Culture du zapping

  Des centaines d'études montrent que la frénésie numérique actuelle offre un terrain de développement pauvre qui affecte négativement résultats scolaires, langage, concentration, goût de l'effort et capacité de récompense différée (un indicateur prédictif de la réussite scolaire et professionnelle), explique Michel Desmurget, chercheur Inserm spécialisé en neurosciences. « En chassant l'ennui de la vie des enfants, les écrans altèrent aussi le développement de leurs capacités de créativité.  » Comment échanger, réfléchir par soi même, créer, imaginer.

 

 «  Pour se développer, une fonction (attention, langage ou autre) a besoin d'être sollicitée.  » Les adultes sont les accompagnants des enfants, ceux qui transmettent, qui proposent l'éducation.

 

 

 

COMMENT AGIR ? COMBIEN DE TEMPS DE QUEL TYPE D'ÉCRAN À QUEL ÂGE ?

Pas de TV AVANT 3 ans :

L'enfant a d'abord besoin de mettre en place ses repères spatiaux, puis temporels. Les premiers se construisent à travers toutes les interactions avec l'environnement qui impliquent ses sens, et les seconds à travers les histoires qu'on lui raconte et les livres qu'il feuillette.
Évitez la télévision et les DVD dont les effets négatifs sont démontrés.
Les tablettes tactiles peuvent être utilisées au même titre que tous les jouets traditionnels, mais dans un accompagnement ludique. 

Pas de console de jeu AVANT 6 ans :
Évitez la TV et l'ordinateur dans la chambre.
Fixez des horaires aux écrans et respectez les âges indiqués pour les programmes.
Préférez les jeux vidéos que l'on joue à plusieurs à ceux que l'on joue seul : les ordinateurs et les consoles de salon peuvent être un support occasionnel de jeu en famille, voire d'apprentissage accompagnés.
N'offrez pas une console ou une tablette personnelle utilisable à tout moment à votre enfant : à cet âge, jouer seul devient rapidement stéréotypé et compulsif.

Pas d'Internet seul AVANT 9 ans :
Évitez la TV et l'ordinateur dans la chambre.
Établissez des règles claires sur le temps d'écrans.
Paramétrez la console de jeu du salon.
A partir de 8 ans, si vous créez un compte pour votre enfant sur l'ordinateur familial, expliquez-lui le droit à l'image et le droit à l'intimité.

Pas de réseau social AVANT 12 ans :
Continuez à établir des règles claires sur le temps d'écrans.
Déterminez avec votre enfant l'âge à partir duquel il aura son téléphone mobile.
Rappelez régulièrement les 3 règles de base d'Internet à assimiler par tous:
1/ tout ce que l'on y met peut tomber dans le domaine public;
2/ tout ce que l'on y met y restera éternellement
3/ tout ce que l'on y trouve est sujet à caution : certaines données sont vraies et d'autres fausses.

APRES 12 ans :
Votre enfant "surfe" seul sur la toile, mais convenez d'horaires à respecter.
Évitez de lui laisser une connexion nocturne illimitée depuis sa chambre.
Discutez avec lui du téléchargement, des plagiats, de la pornographie, du harcèlement,...
Refusez d'être son "ami" sur Facebook.

 

CONCLUSION

Tout ce à quoi l'on s'expose est enregistré par nos sens, notre conscient enregistre environ 7 infos à la seconde et notre inconscient 2000 !!

Bien que faisant partie de notre quotidien, et pouvant être divertissant et parfois même instructifs, il est préférable que l'utilisation des écrans de toutes catégories soit encadrée par les parents.

PROTÉGEZ VOS ENFANTS de la SUREXPOSITION. PROPOSEZ LEUR DE JOUER A AUTRE CHOSE, STIMULEZ-LES PAR D'AUTRES MOYENS ET ACTIVITÉS ET PROPOSEZ LEUR DAVANTAGE D'INTERACTIONS HUMAINES. REGARDEZ VOS ENFANTS, PARLEZ LEUR.

RESTEZ CONNECTÉS LES UNS AUX AUTRES RÉELLEMENT !

 

ÉTEIGNEZ VOS ECRANS POUR VOIR VOS ENFANTS S'ÉVEILLER

 

 

 

 

 

Références :

YAKAPA.BE

MAAD DIGITAL

Dr Serge Tisseron

Dr Anne-Lise Ducanda

Envoyé Spécial addiction aux écrans, héroïne numérique

 

 

 


Derniers articles

Catégories

Aucune catégorie à afficher

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Institut Cassiopée

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.